« Femmes pour l’Afrique » soutient le leadership féminin

0
50

 

L’université Mohammed V de Rabat, présidée par Said Amzazi, l’université Ibn Tofail de Kénitra dirigée par Azzedine El Midaoui ainsi que la Fondation « Femmes pour l’Afrique » présidée par Maria Teresa Fernández de la Vega, qui fut aussi vice-présidente du gouvernement espagnol entre 2004 et 2010, ont signé récemment deux conventions à Rabat, dans lesquelles les parties définissent d’une part les lignes de leur coopération et la réalisation, d’autre part, de projets communs au niveau du continent africain. Ceci a eu lieu lors d’une conférence donnée par  Maria Teresa Fernández le 21 décembre 2016 à Rabat sur le thème :  « La connaissance et la recherche scientifique : fondements indispensables pour le leadership des femmes ».

 

Ensemble, les trois parties se sont engagées à contribuer à l’amélioration du développement de l’Afrique et à conjuguer leurs efforts dans le but de mettre en place une plate-forme commune de coopération dans les domaines afférents au développement humain. Maria Teresa Fernández de la Vega a souligné le rôle du savoir et de la recherche scientifique dans l’encouragement du leadership de la femme africaine, durant cette cérémonie marquée par la présence de personnalités marocaines et espagnoles.  Suivant Maria de la Vega de la Fondation « Femmes pour l’Afrique », « le savoir et la recherche scientifique sont deux moyens permettant l’égalité entre hommes et femmes au sein d’une société où toutes les composantes sont capables d’émettre des opinions et de prendre des décisions ». La responsable n’a pas manqué de mettre l’accent par ailleurs sur le rôle que jouent les universités pour ce qui est de l’autonomisation de la femme ainsi que sa sensibilisation aux droits de l’Homme. Said Amzazi, pour sa part, a signalé que « l’université peut et doit jouer un rôle capital dans l’émancipation des femmes ». Azzedine El Midaoui s’est félicité, quant à lui, du projet que la Fondation « Femmes pour l’Afrique » compte lancer prochainement.

 

De plus, un vibrant hommage a été rendu à des femmes leaders comme Fatima Mernissi (1940-2015), qui fut une figure contemporaine marquante du féminisme marocain, dans la mesure où elle « avait inspiré par ses écrits des millions de ses consœurs dans les pays arabo-musulmans ».

Commentaires